33

Historique de ma vie linuxienne

Windows ou Linux ?

Hormis ma tendre enfance que j’ai passé sur un Amstrad CPC 6128, sur lequel j’ai appris à programmer en BASIC, j’ai commencé ma vie PC sur Windows. Windows 95, puis 98, Me, 2000 et XP. Malgré tout, j’étais attiré par Linux. Ce système alternatif réputé stable, sans virus, libre, gratuit et personnalisable là où Windows était fortement instable, continuellement attaqué par toute sortes de malware, propriétaire, payant et très peu personnalisable si ce n’est le fait de changer les couleurs des barres et du texte…

J’ai donc tenté de multiples installations de Linux, bien souvent en dual boot, ce qui, au final, tendait inévitablement à la non utilisation de Linux et à son abandon pur et simple. Et les rares tentatives d’utilisation de Linux sans dual boot me conduisait à réinstaller Windows car certains logiciels me manquaient.

Courant 2005, profitant de l’achat d’un nouveau PC (ou de la récupération d’un ancien, je ne me souviens plus très bien), j’entreprends d’installer Windows sur l’un et Linux sur l’autre. Pas de dual boot, la possibilité de passer de l’un à l’autre très rapidement tout en ayant la ferme intention de n’utiliser plus que Linux. C’est véritablement à ce moment là que j’abandonne progressivement puis totalement Windows.

Choix de la distribution

Mes différentes tentatives d’adoption de Linux m’ont amené à tester (dans le désordre) Mandrake puis Mandriva, SuSE puis OpenSUSE, Debian, Fedora Core puis Fedora, Lindows puis Linspire, Corel, et certainement d’autres que j’ai dû oublier.

Courant 2005, donc, j’installe Ubuntu. Était-ce parce qu’on me l’a conseillé, parce que c’était la distribution à la mode ou parce que cela m’a plu, je ne sais pas, mais je l’ai adopté immédiatement.

Je suis d’un caractère assez curieux. De plus, comment dire qu’une distribution me convient si je n’en ai pas utilisé d’autre? Même après l’adoption d’Ubuntu, je n’ai cessé de tester, de temps en temps, d’autres distributions (c’est la raison pour laquelle certaines distributions récentes comme Mandriva ou OpenSUSE apparaissent dans la liste précédente).

Mandriva est réputé pour sa simplicité grâce à sa plétore d’assistants en tout genre censés vous épargner l’utilisation de la console. Je l’ai trouvé très jolie, mais tout ces assistants m’ont dérangé surtout quand ca ne marchait pas, qu’il fallait donc mettre les mains dans le cambouis et qu’on ne trouve rien à sa place (surement à cause des assistants qui doivent utiliser leurs propres fichiers de configuration).

Fedora m’a toujours plus esthétiquement, mais je n’ai jamais pu blairer les RPM (les gouts et les couleurs, hein?).

OpenSUSE a failli me faire gerber tellement c’était moche.

Debian, la distribution mère d’Ubuntu, est une distribution à part. En tant que serveur, ok, en tant que desktop, si on ne sait pas exactement quoi installer, le système sera bancal. En effet, il y a tous les paquets disponibles, mais par défaut, c’est très spartiate. Il faut donc bien connaitre le système et savoir ce qu’il faut installer pour faire telle ou telle chose.

Heureusement, Ubuntu est arrivé (comme Zorro) et a donné un coup de pied dans la fourmilière en montrant à tout le monde qu’on pouvait faire du desktop grand public sous Linux. Installation simplifié à l’extrême, utilisation de la puissance du gestionnaire de paquet et de la richesse du contenu des dépots Debian.

Choix du gestionnaire de bureau

Il y a des débats qui n’en finiront jamais: Paris ou Marseille, Windows ou Linux, chat ou chien, Gnome ou KDE, etc…

Ubuntu étant sous Gnome, j’ai commencé par utiliser ce gestionnaire de bureau. Assez vite, un collègue du boulot m’invite à tester KDE car « c’est mieux, Gnome ca pu ». Avec un argument aussi béton que ça, je ne pouvais pas refuser. En plus, si j’avais des problèmes avec KDE, il saurait m’aider. Début 2006, je fini par adopter KDE que je trouvais plus homogène que Gnome. En effet, à cette époque, les applications Gnome sont toute très indépendante les unes des autres (« c’est mieux » me disait-on !) et il n’y avait pas moyen de faire les choses aussi simplement que dans KDE.

Certaines applications KDE me deviennent totalement indispensable: Amarok, Katapult, Kopete, Yakuake, Klipper, Krename. Malheureusement Kubuntu 8.10 inclus KDE4 par défaut et je n’accroche pas du tout. Deux choix: soit je reste bloqué à Kubuntu 8.04, soit je vais voir du coté de chez Gnome ou bien encore, je tente d’autres gestionnaires de bureau alternatif. L’option « je vais voir des distributions qui n’intègre pas KDE4″ n’existe pas puisque toutes les distributions l’intègre désormais…

J’ai testé OpenBox et FluxBox, mais leur légèreté ne m’a pas plus, c’est vraiment très très minimaliste.

Sous Gnome, mes applications favorites n’existent pas… Du moins c’est ce que je crois. Je découvre alors Gnome-Do qui est un équivalent de Katapult mais en bien plus puissant. Je me contente de Pidgin même s’il n’est pas possible d’appliquer des thèmes comme sur Kopete. Des alternatives gnomistes à Klipper existent, comme Parcellite, et cerise sur le gateau, n’ont pas le même bug concernant les copié/collé avec Eclipse. En revanche, Amarok n’a aucun équivalent digne de ce nom, Guake et Tilda sont de bien pâles copie de Yakuake et Nautilus ne peut pas (à ma connaissance) splitter horizontalement et/ou verticalement la fenêtre courante pour faciliter les glisser/déposer.

Pendant plusieurs jours je me demande s’il est vraiment sage de passer sous Gnome tout en continuant à utiliser des applications Qt… jusqu’à ce que la vérité me saute aux yeux: sous KDE, j’utilisais Firefox, Eclipse ou encore OpenOffice qui utilise GTK. Je mélange donc déjà les 2 toolkits.

Gnome me voici !

Ma configuration actuelle

Je suis donc depuis quelques jours sous Ubuntu 8.10 avec Amarok 1, Yakuake et les thèmes somptueux du zgegblog (Wild-Shine, pour être précis). Et finalement, c’est vraiment pas mal Gnome :)

33 Comments

  1. Article très interéssant. Surtout que j’ai fait les mêmes essais.
    Et j’en arrive à la même conclusion, comment rester à kde3 avec un système à jour ?

  2. Petite précision : Openbex est vraiment très minimaliste, mais si on a de la patience et du courage on peut le rendre plus user-friendly que GNOME ou KDE !!!
    Pour-moi ça valait le coup : mon systeme est très réactive et fluide sans pour autant être difficil :)

  3. Dire que Debian, n’est pas parfait en tant que desktop, c’est vraiment mal connaître Linux. Debian c’est vraiment orienté « desktop ».

    Je suis une utilisateur de Slackware et BSD (FreeBSD, NetBSD et DragoFly).

    Si tu ne veux pas utiliser la librairie Qt, GTK est très bien avec Xfce en tant que bureau.

  4. Etant donné son parcours, on peut dire que Renaud est un utilisateur avancé. S’il n’a pas trouvé son bonheur sur Debian à prime abord, c’est qu’Ubuntu a un véritable avantage en terme d’accessibilité.

  5. @joeyjoey: je n’ai pas trouvé… donc direction Gnome ! :)

    @Tuxargon: c’est ce qu’on m’a dit aussi, mais je n’ai pas eu (pour cette fois) l’envie de creuser vraiment la doc de la conf d’open/fluxbox

    @Olivier: En fait… cette phrase ne me plaisait pas, mais je ne savais pas comment la formuler.

    En fait, j’estime que Debian est nickel en tant que distribution mère parce qu’elle contient tout ce qu’il faut, mais comme ca, de but en blanc, from scratch après l’installation, Debian c’est tout pourri pour l’utilisateur lamba. C’est moche, y’a pas beaucoup de soft installé voire rien si on installe que le paquet principal. L’installation d’ailleurs, pour l’utilisateur lambda, elle est bien trop compliqué. Donc… de base, je ne conseillerais à personne d’utiliser Debian en desktop et encore une fois, ce n’est pas parce qu’il n’y a pas ce qu’il faut mais bien parce qu’il y a trop de choix et peu de guidage à l’installation. En revanche, Ubuntu a une installation des plus minimalistes et des la fin de l’installation et le premier reboot, ta machine est utilisable et contient déjà un certain nombre de logiciel nécessaire à la majorité des utilisateurs et dans divers domaines. Le thème par défaut, même s’il ne plait pas à tout le monde (dont moi), reste quand même un thème qui rend Ubuntu jolie et qui plait à l’utilisateur lambda. La facilité d’installation et de paramétrage est quand meme bien plus grande que sur une Debian qui n’aura pas forcement les bons outils dès le départ.

    En résumé: Ubuntu et Debian ont tout ce qu’il faut pour être utilisable et avoir le même niveau d’ergonomie. En revanche, Ubuntu ca marche out of the box, alors que pour Debian, prévoyez d’avoir un peu de cambouis sur les mains.

    @Antonin: je ne pense pas être un utilisateur avancé. Je suis très loin de maitriser mon Linux, mais je me débrouille. Je ne souhaite pas imposer une distribution ou dénigrer une autre, j’ai juste décrit mon parcours. Peut-être que certains KDEistes seront tenté de tester Gnome et vice-versa. Peut-être que certains afficionados d’une distribution en particulier seront tenté de tester d’autres distributions.

  6. Si tu te sens assez courageux pour tenter une appli GTK pour le son je ne saurais que trop te conseiller quodlibet. Moi aussi j’utilisais Amarok sous Gnome avant.

    Mais là bye bye AMarok. Je voulais changer parce que bug bizarre que j’avais jamais compris + lib kde d installée que pour lui.

    Une fois que tu l’a laissé scanner ta bibli, configuré en mode panneau avec pour ma part « genre » « groupe » « album » en haut et la bibli au centre c’est un bonheur.
    En mode aléatoire pondéré et zou.

    Il est en plus combiné avec Ex falso pour éditer simplement les tag, et possède de nombreux greffons.

  7. Mepis 8 est une Debian basée sur Lenny et intègre KDE 3.5 et non pas KDE 4. J’y reviens toujours depuis mes débuts sous Linux.

  8. Un équivalent à AmaroK est Banshee (http://banshee-project.org/). Et je peux te dire qu’avant de trouver celui là, j’ai cherché, étant aussi un inconditionnel d’AmaroK !

    De plus, c’est un projet très actif en ce moment, ce qui promet de belles choses.

  9. Il n’est pas un secret que mélanger les librairies GTK et Qt n’est pas le mieux.
    Je suis sous Gnome depuis maintenant 5 ans, et on trouve vraiment un niveau de stabilité avec son environnement GTK qu’il n’a pas toujours avec des appli utilisant Qt.

    Pour ce qui est de Kopete, au lieu d’être sous PidGin (perso je l’aime pas), je me suis orienté sur eMeSeNe (only MSN) et pour mon compte Gmail je suis sous PSI
    A la place de Amarok, je te conseille RhythmBox ou alors Banshee (excellent)
    Pour ce qui est de Yakuake, Tilda m’a été recommandé, mais je suis un défenseur de Guake, qui est relativement nouveau, mais qui fait ce que je lui demande, a savoir m’afficher une console quand j’appuie sur F8.
    Certes l’explorer de Nautilus n’est a mon gout pas assez developpé, et manque de pas mal de petit truc qui le rendrai vraiment puissant.
    Toi qui je vois aime découvrir un peu, tourne toi aussi sur Ubuntu-tweak. Ce petit programme est vraiment EXCELLENT. Il va te permettre de customiser un peu ton Gnome Ubuntu.
    Je te conseille aussi d’aller faire un tour sur getdeb.com qui parfois nous fait connaitre des petits programmes plutôt pas mal :)

  10. @G-Rom
    J’ai testé rapidement quodlibet mais je n’ai pas trouvé ca interressant

    @Warren et Sckyzo
    Banshee est déjà un peu plus comme Amarok, mais un truc de capital me manque: les raccourcis clavier. Je n’ai pas trouver comme faire play/pause ou passer à la musique suivante rapidement avec son clavier sans avoir à utiliser la souris.

    @Sckyzo: idem pour rhythmbox
    En ce qui concerne pidgin, je l’utilise car j’utilise aussi bien au boulot qu’à la maison plusieurs type de compte (msn, gtalk, skype) et pas envie d’avoir 36 logiciels
    je vais regarder du coté d’UbuntuTweak mais je n’aime pas trop getDeb, j’ai déjà eu des soucis avec des paquets à eux… je ne sais plus lesquels

  11. Moi aussi je suis repassé à gnome depuis la sortie d’intrepid.

    Au début j’accrochais pas du tout à nautilus et puis finalement avec quelques paramétrage je m’y suis fait.

    Je trouve Kde4 à peu près aussi lourd et anti-ergonomique que vista.

  12. J’avoue que le Gnome de base me convient parfaitement… Il est vrai que je n’ai jamais tâté vraiment de KDE…

    Merci pour Parcellite. Je ne connaissais pas, et le Glipper que j’utilisais avant était complètement buggé (plante avec Compiz ou Composite)

  13. C’est marrant mais à peu de choses prés j’ai le même parcourt que toi, sauf que de ubuntu je me tourne de plus en plus vers debian car leur système de release « plus stable » me convient mieux (disons que j’ai moins le temps de bidouiller), mais c’est marrant de voir que toi aussi tu as quitter mandriva à cause de leur argument massue : « leurs outils de configuration ». Mais je pense quand meme que suse et mandriva sont des trés bonne distrib pour ne pas être trop perdu dans la console au démarrage, mais il faut être courageux pour y rester plus de 2 ans :D

  14. C’est marrant, parce que moi j’ai toujours trouvé Gnome mieux organisé et simple d’accès que Kde et tous ses menus dans tous les sens…avant Kde4, qui je l’avoue, est plutôt bien fait.
    Mais depuis quelques temps, je suis passé à Xfce, j’avais essayé Openbox, et les autres après avoir vu le fameux menu-clic-droit, mais je les ai trouvés relativement limités au niveau de la personnalisation. Alors qu’avec, Xfce je l’ai ce menu, avec la possibilité d’utiliser Emerald et Compiz, qui sont plus puissants (et plus gourmands aussi)… Pour moi, Xfce, c’est le Look&Feel de Gnome, et l’ergonomie d’Openbox.
    Je vois souvent des articles sur les differents Gestionnaires de Fenetres et Bureaux, et bien que des environnements moins connus tels que Openbox ou Enlightment ont été testés, Xfce est très rarement évoqué…

  15. Intéressant de voir l’évolution de tes choix.
    Mon premier GNU/Linux, la SuSE 5.3 je la trouvais parfaite, et elle l’était !
    YaST premier du nom était très fonctionnel !
    Pour ce qui est de KDE 3.5, openSUSE te propose ce choix à l’installation (testé sur une 11.0).
    Perso, j’utilise XFCE comme gestionnaire de fenêtre, une simple barre avec 4 bureaux virtuel me suffit amplement.
    Comme outil multimédia, un seul : vlc, il me sert à tout (compression, lecture video/audio, dvd) en plus très complet en « mode » ligne de commande !
    Pour parler de debian, le désavantage que je lui donne est sa lenteur à sortir des releases… Si l’on veut la dernière version d’un prog, on doit la passer en testing bahh et le fameux ndiswrapper qui ne marchait pas en release (là je sors :p )

  16. Mélanger les toolkits n’est pas un crime !!
    J’ai toujours trouvé ridicule le fait de se refuser une application car elle est écrite avec tel ou tel toolkit qui est différent de celui qu’utilise le bureau …

  17. j’ai testé à peu près autant de distros que toi, par contre, je n’ai jamais réussi à me faire à KDE. Ce n’est pas faute d’essayer, mais entre KDE et moi, il y a vraiment une incompatibilité.

    (sauf avec amarok, que je n’ai pas encore réussi à remplacer par une appli gnome, malgré avoir essayé tous les lecteurs déjà cités dans les commentaires, à l’exception d’une machine équipée de mpd + gmpc)

    Actuellement, je suis sous archlinux, j’apprécie toujours ubuntu, mais les releases tous les 6 mois commencent à me lasser, surtout qu’en général ça se termine par une réinstallation… Et il faut dire qu’archlinux avec les dépôts AUR s’avère particulièrement riche en offre logicielle.

    concernant le glissé/déposé, nautilus 2.24 et les onglets… c’est un pur bonheur, pas besoin de splitter la vue, tu emmène ton fichier/repertoire sur l’onglet et zou
    (dans ce cas, pour ceux qui ne le savent pas, il faut exploiter le clic-molette… qui simplifie considérablement les manipulations quand on s’y est habitué)

  18. @Renaud: Banshee ne dispose pas de configuration de raccourcis clavier tout simplement par ce que c’est Gnome qui le gère (Préférences / Raccourcis clavier / Son). J’ai des « touches multimédia » qui fonctionnent très bien sur mon clavier personnellement.

    @Strider: Mélanger les toolkits est le mal (IMHO) parce que justement, ça casse l’ergonomie du bureau (le fait qu’il n’y ait à configurer les touches multimédia qu’à un endroit, et pas dans chacunes des applications, par exemple).

  19. @Warren: Qu’est ce que t’appelles « configurer les touches multimédia » ?
    @traaf: Comment se passe les upgrade de release sur archlinux ?

  20. @Caem: Les touches multimédia sont des raccourcis pour Play/Pause, Next song, etc… Ce dont parlait Renaud en fait. Mais plus particulièrement, ces touches multimédia sont souvent des boutons en plus sur le clavier, au dessus ou sur le côté. Faut-il encore qu’elles soient reconnues par l’OS. C’est mon cas. Les configurer, ça signifie associer l’événement « Piste suivante » à la touche en question.

    Mais ce n’était qu’un exemple parmi d’autres de petits détails qui font l’intérêt d’un bureau homogène. De toute façon, c’est niqué, parce que Firefox est l’exemple typique d’application qui utilise son propre toolkit (bien que lié à GTK+). C’est un problème lorsque tu installes le global-menu (http://code.google.com/p/gnome2-globalmenu/) par exemple.

  21. @Warren: Homogénisé un bureau… j’ai jamais été sensible à cet aspect. Dans les appli autour de GNU/Linux rien n’est homogène quand tu regardes les lignes de commande, les fichiers de configuration (ex: la commande df, l’option -h ne va pas te donner l’aide, glib qui n’est pas utilisé partout, le XML non plus etc…).
    Coté graphique, je vois mal dire aux developpeurs, non tu n’utiliseras pas QT mais GTK+, c’est mieux pour l’homogénéité de mon desktop…
    L’avenir est peut être là, une standardisation complète de GNU/Linux !?

  22. @Caem: Les exemples que tu cites sont effectivement de gros problèmes. Les raccourcis clavier classiques en sont d’autres (emacs, bordel…). Pourtant, j’y crois. Par exemple, crois-tu qu’Unix et ses dérivés auraient eu autant de succès sans cette capacité toute simple à enchaîner des commandes (le pipe, si tu vois ce que je veux dire). C’est un standard. La gestion dynamique des bibliothèques aussi (après tout, si tu veux faire ton bourrin tu peux aussi copier les DLL dans le dossier de l’application, comme sous Windows…).

    Pour recentrer le débat, les interfaces graphiques ont le même rôle, la même « sémantique », donc oui, il faut un standard ! J’aime beaucoup wxWidgets, qui fournit une interface commune aux GUI, avec un back-end que l’utilisateur peut choisir (je crois que Qt n’est pas encore géré, mais pourquoi pas). C’est vers ça qu’on devrait tendre.

    De plus, ça permettrait d’éviter de disperser les efforts du libre autour de projets qui n’aboutissent pas (combien de window managers différents existent, alors que 5 ou 6 suffisent à combler les besoins de tout le monde, ces derniers étant loin d’être finis, toujours à la recherche de main-d’œuvre ?).

  23. Je te conseille de tester Enlightenment plus connu sous le nom de E17.

    Très bon article.

  24. @yves aubry: ah ben voila, c’est exactement ça, kde4 = vista !

    @Strider: c’est pas un crime, mais ça charge les 2 toolkits… donc j’essaye, autant que faire se peu, de choisir des applications GTK sous gnome et des applications Qt sous KDE

    @traaf: le split de la fenêtre apporte un confort que tu n’as pas avec des onglets: comparaison de fichiers/répertoires, glisser/déposer rapide. Tu peux toujours faire autrement mais le confort apporter par le split est quelque chose dont tu peux difficilement te passer une fois que tu y as goutté.

    @waren: j’ai testé banshee mais je n’ai pas du tout accroché.
    En ce qui concerne les raccourcis, KDE a un système de gestion de raccourcis bien plus avancé que Gnome. Chaque application « enregistre » ses raccourcis et permet de les éditer à la fois dans l’application en question et dans le centre de gestion des raccourcis. Dans Gnome, quoi que j’installe comme application, j’ai une vingtaine de raccourcis qui se courent après et je ne peux pas redéfinir les autres raccourcis. J’ai vu une astuce qui permet de modifier les raccourcis des applications gnome, mais:
    – il faut redéfinir dans l’application, ce qui va donc a l’encontre de ce que tu disais
    – je sais pas ce que je fais de mal, mais les nouveaux raccourcis ne sont pas sauvegarder lorsque je quitte l’application (dans nautilus en tout cas)
    De plus, certaines combinaison de touche ne fonctionne pas. je voulais redéfinir en () le changement d’onglet sous nautilus, mais ça ne marche pas. De même que les combinaisons avec la touche .
    Sinon, je ne parlais pas des touches multimédia, mais bien de raccourcis clavier. Si j’ai bien des touches multimédias sur le pc de chez moi, je n’en ai pas au boulot !

    @Warren et Caem: le libre c’est aussi la liberté de choisir. Il existe autant de langage de programmation que de toolkit graphique que de distribution linux… Ensuite, c’est généralement les meilleurs (i.e. plus pratique, performant, documenté, etc…) qui sortent du lot, en tout cas, ceux qui sont jugé meilleur par la majorité… Vouloir imposer un langage ou un toolkit, c’est allé à l’encontre de l’esprit du libre

    @Nicolas Gomes: je n’ai pas testé E17 c’est vrai… mais elbuntu est tombé à l’eau et j’ai l’impression que le dev de E17 est un peu chaotique… me trompe-je ?

  25. Oui c’est vrai que le dev de E17 est vraiment à la ramasse, mais bon ceci dit, la version actuelle est vraiment « stable » et assez avancée pour être utilisée.

  26. Salut,

    Comme lecteur multimédia il y a aussi exaile qui se défend bien et peut gérer les raccourcis clavier.

    Personnellement, je n’ai jamais vraiment accroché kde et gnome. Kde 3.5 plus ou moins, kda pas du tout. Gnome moyen. J’utilise beaucoup E17, mais depuis quelques temps (le passage à svn) j’ai comme l’impression d’un développement intensif (ce qui est bien) qui a conduit à une perte de stabilité. Aussi je suis retourné à Ion3, un peu spécial à prendre en main, mais une fois bien configurer c’est « que du bonheur ».

    Mes softs principaux: mpd/mpc pour la musique, latex, openoffice3, firefox et thunderbird, pidgin, terminator comme shell et la ligne de commande.

    Fred

  27. Utilisateur depuis un petit moment, j’ai l’impression qu’il existe deux mondes où le temps évolue différemment…
    Le monde console très fonctionnel et toujours actif… vi(m), emacs, mutt… vous l’utilisez il y a 10 ans, vous l’utilisez toujours sans vouloir en changer (parceque vous fait tjs gagner du temps)!
    Le mode graphique, Kmail, Evolution, Thunderbird… ça change presque tout les ans, rapide de prise en main, mais on change vite…

    Tout ça pour dire qu’il n’y aucune appli graphique que j’utilisais autrefois et que j’utilise à présent, alors qu’en mode console c’est différent, pourtant ces projets sont actifs et montent fonctionnellement !

  28. @Caem: Héhé ! Emacs, je l’utilisais dans un terminal avant. Depuis son implémentation GTK+, je ne peux plus me passer de sa version graphique. Et ce serait du foutage de gueule de repasser en console lorsqu’on a le choix (l’argument des performances n’étant pas valide, bien évidemment).

    Bref, ce n’est pas un mur, mais un pont entre les deux mondes dont tu parles !

  29. Je viens tout juste de sortir de ma dépendance à amaroK grâce à exaile !! C’est un clône plutôt correct même s’il n’est pas parfaitement identique (un peu moins de fonctionnalité).

  30. @Renaud (entre autres)

    «Debian, la distribution mère d’Ubuntu, est une distribution à part. En tant que serveur, ok, en tant que desktop, si on ne sait pas exactement quoi installer, le système sera bancal. En effet, il y a tous les paquets disponibles, mais par défaut, c’est très spartiate. Il faut donc bien connaitre le système et savoir ce qu’il faut installer pour faire telle ou telle chose.»

    «En fait, j’estime que Debian est nickel en tant que distribution mère parce qu’elle contient tout ce qu’il faut, mais comme ca, de but en blanc, from scratch après l’installation, Debian c’est tout pourri pour l’utilisateur lamba. C’est moche, y’a pas beaucoup de soft installé voire rien si on installe que le paquet principal. L’installation d’ailleurs, pour l’utilisateur lambda, elle est bien trop compliqué. »

    Ubuntu est plus accessible pour un novice c’est le seul point sur lequel je suis d’accord, mais c’est pas une raison pour cracher sur une distribution qui convient pour une utilisation bureautique à de nombreuses personnes un peu débrouillardes.

    De là a dire qu’elle est «bien trop compliqué» il faut modérer ses propos, je viens d’Ubuntu, quand je suis passé à Debian j’ai pas vu une énorme différence…

    Les gens comme toi qui n’apprécie pas les système de type Unix, qui veulent juste un cliquodrome, je me demande pourquoi il change, c’est pour la hype et faire un blog ? Reprends ton ancien système et écrit Ubuntu dessus…

    Je sais pas ce que tu apelle le « paquet principal », mais on voit bien que tu ne connaît pas la distribution. L’installation est sensiblement la même que celle d’Ubuntu (j’ai utilisé les deux systèmes pendant longtemps chacun).

    Debian utilise Tasksel (utilisé aussi par Ubuntu je pense) à l’installation et permet différentes installations types.

    En cochant la case « environnement de bureau », on se retrouve avec Gnome (par défaut) et ses logiciels, ainsi que Firefox, etc. Tout ce qu’il faut pour une utilisation «bureau».

    Après installation, j’avais autant de logiciels que sous Ubuntu, même plus et je n’ai que très peu d’ajustement à faire (quelques paquets) pour avoir une installation qui me convient (tout comme avec Ubuntu d’ailleurs).

    Tu dit que Debian est moche, Gnome sous Debian est le même que Gnome sous Ubuntu, seul le thème par défaut diffère, sous Debian c’est Clearlook en ce moment, un thème bleu. Si tu préfère le marron c’est toi que ça regarde…

    Tu ne te sens pas de maîtriser Debian, alors tu veux te persuader que tu as fait le bon choix en convertissant tout le monde à celui-ci et en dénigrant les autres choix.

    S’il te plaît, n’attaque pas les utilisateurs des autres systèmes parce que tu ne les comprend pas.

  31. Oula oula oula, déformation de mes propos !!! Ou totale incompréhension, au choix.

    Je n’ai absolument pas craché sur Debian et je ne vois pas comment je pourrais cracher sur Debian étant donné que ma distribution favorite, c’est à dire Ubuntu, est basée sur Debian oO

    Je vais essayé d’expliquer pour la 3ème fois ce que je veux dire.

    Tout d’abord, ce billet ne cherche pas à convertir qui que ce soit, ne cherche pas à définir une distribution meilleure qu’une autre. Il est simplement là pour raconter mon histoire avec Linux. Tu remarqueras que dans « mon histoire » il y a « mon », ce qui veut dire que ce billet est évidemment TRÈS subjectif. Par exemple la raison pour laquelle je n’aime pas Fedora, c’est pas vraiment un argument convainquant pour la plupart des gens (à ce propos, pourquoi ne défends tu que Debian alors que finalement, je dédaigne complètement Fedora dans ce billet !). En d’autres terme, je donne mon avis et pas un avis universel. Je n’ai pas raison ou plutôt il n’y a pas à avoir raison sur ce que je dis, c’est simplement mon vécu et mon ressenti.

    Debian, de par ses choix philosophique, est une distribution qui n’est pas destiné au grand public.
    On commence avec une installation en mode texte où il faut renseigner moult données. Je précise, au cas où tu ne l’aurais pas compris, que si j’ai réussi à installer Debian c’est que j’ai suffisamment de connaissance pour arriver à partitionner, configurer le réseau, etc… bref à installer Debian…. mais ma mère non. En revanche, si je donne un cd d’Ubuntu, elle n’aura aucun mal à choisir les paramètres par défaut pour le partionnement, à saisir un nom d’utilsateur, un mot de passe et à cliquer sur installer.
    Les applications par défaut sont toute libre, ce qui « interdit » l’utilisation des applications non libre. Oui, j’ai mis des guillemets parce que, ce n’est pas vrai, mais encore une fois si je met un Debian dans les pattes de ma mère, elle ne va pas retrouver son Firefox parce qu’il a changé de nom et d’icône et lorsqu’elle voudra installer une nouvelle application, par défaut la liste est réduire aux applications libre. Enfin si elle veut installer une application non libre, elle aura droit à un joli message d’avertissement. Autant dire que ce n’est pas chose aisée et, qui plus est, qui peut faire peut à quelques novices.
    En ce qui concerne le design from scratch de gnome ou KDE, c’est moche pour tous les deux. Évidemment, je sais que c’est une histoire de thème et que Debian peut tout à fait devenir comme Ubuntu ou Fedora ou toute autre distribution. Mais from scratch, c’est moche.
    Pour les applications, en effet, il y a plus d’application. La plupart me sont inutile et (toujours à mon humble avis) mal rangées dans les menus. Sur Ubuntu il n’y a que le strict nécessaire **pour le grand public**, car oui, il n’y a pas des logiciels « spécialisés » par défaut.

    Pour finir, la question n’est pas de savoir si je me sens de maitriser Debian ou pas, je n’ai juste ni le temps ni l’envie de passer mes journées à bidouiller ma distribution. Ça m’amusait quand j’étais jeune et que j’avais du temps. Plus maintenant. Je veux une distribution jolie et utilisable rapidement. Et dans cette optique, Debian ne réponds pas à mes critères.

    Sans vouloir attaquer Debian, je pense que si des distributions comme Ubuntu ou Fedora ont autant de succès, ce n’est certainement pas pour rien. Les gens ont plus ou moins envie de la même chose que moi: « jolie et utilisable rapidement ». Pour les autres, il y a évidemment toutes les autres distribution qui répondent peut-être mieux à leurs besoins: besoin de tout compiler, besoin de tout paramétrer, etc… Ok, c’est votre choix (toum doum toudoum doum), pas le mien. Je ne critique personne, je n’attaque personnen je livre mon expérience, mon histoire et mon avis qui, je le rappelle, n’est pas la réponse à la grande question sur la vie, l’univers et le reste (puisque, je le rappelle, c’est 42).

    Pour terminer, je n’ai parlé que de distribution, pas d’utilisateur, si tu t’es senti attaqué, j’en suis vraiment navré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *